Approche prudente de Santé Canada à l'égard des produits comestibles prédisant l'avenir de l'industrie canadienne du cannabis

La semaine dernière, Santé Canada a publié ses ordonnances finales pour les produits, extraits et sujets de cannabis comestibles (nouvelles classes), qui entreront en vigueur le 17 octobre 2019. Avec un délai de 60 jours avant que les aliments ne soient autorisés sur les tablettes des magasins, le gouvernement du Canada adopterait à nouveau l'approche prudente, en décalant la date potentielle pour les consommateurs de découvrir ces produits en décembre 2019. Le règlement final contenait très peu de surprises, sauf qu'il y avait un délai similaire entre la légalisation, la mise en œuvre et les ventes éventuelles des nouvelles catégories de produits du cannabis, par rapport à celles des produits du cannabis actuellement disponibles, tels que les fleurs et les huiles, actuellement vendus dans les détaillants en dans tout le pays. Santé Canadas prévoit de les mettre en œuvre à la fin de leur calendrier prescrit et a également confirmé ce que les téléspectateurs de l'industrie ont longtemps soupçonné que la prudence est roi du cannabis canadien maintenant et à l'avenir. Mais avant de passer à l'avenir, jetons un coup d'œil maintenant.

Qu'est-ce qui a changé depuis la publication du cadre réglementaire proposé en 2018?

Même si une seule série de consultations publiques et de tables rondes de l'industrie a fourni à l'industrie canadienne du cannabis une plateforme pour partager ses opinions sur le cadre réglementaire proposé, cela n'a pas entraîné beaucoup de changements, Santé Canada restant catégoriquement strict dans son approche de la protection des enfants. et interdire l'ajout, la mention ou l'association avec l'alcool.

Quelque chose de nouveau?

Bien que bon nombre des règlements proposés soient demeurés les mêmes, voici quelques changements:
La nicotine est interdite dans tous les produits du cannabis;
Les étiquettes doivent contenir l'équivalence avec le cannabis séché pour déterminer la limite de possession publique;
Il est interdit d'associer des produits du cannabis à des produits de vapotage de tabac ou de nicotine;
La production de tous les produits du cannabis (pas seulement du cannabis comestible) dans le même bâtiment que les produits alimentaires est interdite;
Plusieurs contenants de cannabis comestible emballés ensemble (p. Ex. Boissons) (emballage multiple) sont autorisés, à condition que la quantité totale de THC dans l'emballage multiple ne dépasse pas 10 milligrammes;
L'interdiction proposée des récipients sous pression est supprimée (comme les inhalateurs-doseurs);
L'affichage normalisé de la concentration de THC et de CBD sur les étiquettes des produits est requis;
La période de transition pour l'huile de cannabis est étendue de 6 mois à 12 mois; et
De nouvelles dispositions sont ajoutées pour restreindre certains types de publicités autorisées (par exemple, afficher une marque de cannabis sur les produits) afin de mieux protéger les jeunes contre le cannabis.

Et maintenant?

Dès le 15 juillet, les producteurs sous licence intéressés à produire de nouvelles classes de cannabis peuvent demander des modifications à leurs licences existantes. Cependant, ces demandes ne seront pas approuvées avant le 17 octobre. Une exception, cependant, est que Santé Canada continuera de traiter les demandes actuellement en attente pour les producteurs autorisés qui cherchent à vendre de l'huile de cannabis, car il continuera à fournir des classes de cannabis jusqu'au 17 octobre dans les conditions actuelles. Les producteurs autorisés peuvent s'engager dans des activités avec les nouvelles classes de cannabis d'ici le 17 octobre, y compris la production, la recherche et le développement et le stockage sous leur licence actuelle. Cependant, les produits des nouvelles classes de cannabis produites avant le 17 octobre ne peuvent être vendus, distribués ou exportés que si le titulaire de licence:
Démontrer que tous les produits ont été fabriqués, emballés, étiquetés, stockés, échantillonnés et testés conformément aux règlements modifiés; et
Entièrement autorisé à vendre et à distribuer cette classe de cannabis à des détaillants autorisés provinciaux ou territoriaux et à vendre pour des titulaires de licence médicale.

Le chapitre suivant

Les développements futurs dans ce secteur sont susceptibles d'être beaucoup plus susceptibles de surprendre, car le cadre réglementaire de la deuxième vague de légalisation clôt la phase la plus prévisible de l'histoire du cannabis au Canada. Si et comment le gouvernement du Canada choisit de s'engager dans l'augmentation des niveaux de THC dans les consommables, si la stabilité des étagères demeure une exigence importante et, bien sûr, si la combinaison couramment discutée de cannabis et d'alcool trouve son chemin dans le marché canadien les étagères des magasins, un jour en hauteur dans la prochaine phase de discussion et de débat. En attendant, les changements de licence se feront à gauche, à droite et au centre, l'emballage et l'étiquetage à sec nécessitent des promotions créatives, et des restrictions promotionnelles strictes concernant la commercialisation autour des similitudes avec l'alcool et les produits qui peuvent plaire aux enfants nécessitent un marketing et une image de marque créatifs. C'est ce que les experts de NATIONAL travaillent quotidiennement avec nos clients dans le domaine du cannabis. Demandez à nos experts en cannabis ou en affaires publiques comment vous pouvez faire entendre votre voix. Cliquez ici pour voir les documents complets contenant les règlements finaux de Santé Canada.

Laisser un commentaire